Adopter un Corgi – Trouver un Corgi

Le Welsh Corgi est un chien peu courant. En 2015, seulement 240 chiots Pembroke et 48 chiots Cardigan ont été inscrits au LOF. En cela, trouver un chiot Corgi qui vous convienne s’avère parfois un parcours du combattant. Un Corgi vit en moyenne quinze ans, et c’est donc une décision et un engagement sur la durée ! Il existe ainsi des écueils et nous allons vous guider au travers de questions réponses. Cet article ne traitera pas des autres possibilités pour avoir un Corgi pour compagnon, l’adoption d’un adulte ou d’un chiot de refuge, que nous vous présenterons dans un prochain article.

Couv_3

Pourquoi adopter un chien de race, et pourquoi le chien doit-il être inscrit au LOF ?

Adopter un chien de race est un gage de qualité de l’animal, et de représentativité par rapport au standard d’une race. Tous les Corgis de race présenteront des caractéristiques communes, en termes de morphologie et de comportement. Le poids de l’animal adulte sera facilement prévisible, les comportements le seront également. Certes, au sein d’une race deux individus peuvent être très différents, ils n’en resteront pas moins qu’ils développeront les fondamentaux de la race, en tendant vers le standard.

Un chien inscrit au Livre des Origines Françaises l’est par rapport à son pédigrée. L’inscription permet de valider :

  •         que le chien est bien issu de deux chiens qui sont également de race,
  •         que l’éleveur respecte à minima les conditions légales pour inscrire des chiots.[1]

Il est important de noter que prendre un chien provenant d’une filière douteuse entraîne des risques forts d’ennuis de santé ou de caractères à répétition, mais également que cette pratique favorise des conditions d’élevages dramatiques pour les chiens reproducteurs.

Comment trouver un élevage de Corgis ?

Il existe plusieurs sites internet de référence :

Il est également possible de rencontrer des éleveurs lors d’expositions canines, ou d’autres manifestations comme le salon de l’agriculture.

Il faut vous préparer à devoir vous éloigner beaucoup de votre lieu de résidence. Si vous choisissez uniquement des élevages proches de chez vous, vous vous limiterez beaucoup dans vos choix.

Enfin, il faut comprendre qu’entretenir les qualités d’une race sans y maintenir les défauts est un travail compliqué de sélection et d’études. Les éleveurs multi-races sont donc beaucoup moins à même de faire ce travail aussi consciencieusement que les spécialistes du Corgi. Aussi, un élevage mono-race aura souvent des chiots plus proches du standard et en meilleure santé générale.

Faut-il aller sur les sites d’annonces ?

Certains éleveurs très sérieux et consciencieux vendent des chiots par l’intermédiaire de sites d’annonces. Néanmoins, pour un seul éleveur sérieux, vous trouverez cinq arnaques parfois très élaborées. Ces sites doivent donc être utilisés à vos risques et périls.

Il est vraiment préférable de faire appels aux services dédiés.

Doit-on attendre que les portées soient annoncées pour s’intéresser à un élevage ?

Pas forcément ! Si vous avez connaissance d’un élevage qui vous plait, avec des chiens qui vous plaisent, vous pouvez commencer les démarches pour réserver un chiot d’une portée à venir !

Comment préparer la discussion avec un éleveur ?

La population de Corgi étant réduite en France, les éleveurs de Corgis sont à de rares exceptions près des passionnés de la race à laquelle ils consacrent énormément de temps. Peu d’éleveurs vivent de l’élevage de Corgis uniquement. Vous aurez à faire avec des gens qui souhaitent le meilleur pour leurs chiots, les adoptants ne manquant pas, et non à des commerciaux qui chercheront à vendre un chien à tous prix.

Aussi, il convient de préparer vos échanges. L’éleveur va vous interroger sur vous et votre situation. Il va sonder si vous avez les épaules pour vous occuper du chiot, en termes de temps, mais aussi d’espace, de maturité et financièrement. Il vous questionnera sur votre projet, sur vos activités.

Ayez une idée précise de ce que vous cherchez, un Cardigan ou un Pembroke, un mâle ou une  femelle, et soyez capable de décrire à l’éleveur quelle vie il aura, si vous êtes sportif (avez-vous prévu de l’emmener avec vous), quelle vie pour lui dans la journée, s’il y a d’autres animaux à la maison, si vous prévoyez d’agrandir la famille par ailleurs…

C’est en préparant cette discussion que vous pouvez faire par vous-même un bilan de votre projet d’adoption : ai-je assez de temps ? D’argent ? De place ? D’envie ?

Si vous ne savez pas ce que vous voulez, l’éleveur d’une part ne peut pas vous conseiller le chiot qui vous conviendra mais pourrait aussi vous vendre le chiot qu’il lui reste, que vous prendrez bien contents d’en avoir enfin un, mais ce n’est ce que vous aviez projeté au départ (et ça va durer 15 ans!).

L’éleveur connaît la race, ses besoins, ses spécificités. Il sera à même de valider que le Corgi, au-delà de son esthétique, sera le compagnon idéal pour vous en termes de caractère. Et au-delà de ça, de la même manière qu’on ne confie pas une voiture à un enfant de 12 ans, on ne confie pas à n’importe qui un chien, qui est un être vivant potentiellement dangereux si déséquilibré.

Cependant, il s’agit d’un échange. A vous aussi de discuter avec la personne et de voir si le courant passe, si elle est agréable, si elle vous plait. On dit que les chiens ressemblent beaucoup à leurs maîtres et les chiots sont des éponges. Élevés avec des personnes douces et agréables, ils s’imprègnent un minimum de ces qualités.

Si la discussion s’est bien passée, vous pourrez ensuite prendre rendez-vous pour visiter l’élevage et faire une première rencontre avec les chiots.

Rencontrer les éleveurs – quelles sont les choses à vérifier ?

La rencontre avec les éleveurs est l’étape la plus importante du processus. Elle peut se produire à l’élevage, ou en exposition.

Les expositions ont pour but de faire reconnaître le travail de l’éleveur et sont l’endroit parfait pour lier connaissance avec eux.[2]

Elle va vous permettre, comme elle va permettre à l’éleveur, de vous jauger mutuellement et de déterminer si vous souhaitez poursuivre les démarches ensembles. Passons maintenant au cœur de l’article, quelles sont les choses à vérifier :

Les éleveurs

L’éleveur vous a-t-il paru disponible ? Avez-vous des « atomes crochus » ?

L’éleveur sera votre référent pendant toute la vie du chien et ses conseils seront primordiaux. Une bonne entente et une bonne disponibilité vous permettront d’entretenir une relation saine au-delà d’un échange commercial.

Les lieux

Certains élevages familiaux ne souhaitent pas de visites, car les chiens vivent avec la famille dans la sphère privée de l’éleveur et qu’il tient à son intimité. Néanmoins, si c’est possible, il est toujours préférable de pouvoir pratiquer cette première visite, ou de pouvoir rencontrer l’éleveur et ses chiens sur un espace de détente. A l’inverse, un élevage qui vous propose des horaires précis de visite et des installations très industrielles ne doit pas vous donner plus confiance.

Le terrain

De l’espace ! S’occuper de plusieurs chiens, c’est demandeur d’espace. Le terrain autour de l’élevage doit être adapté au nombre de quatre pattes qui y résident.

Les chenils

Les conditions sanitaires doivent vous inspirer confiance et inspirer confiance dans le traitement des animaux : il doit y avoir de la place et les locaux doivent être propres.

Les chiens

L’état des parents et des chiens de l’élevage

L’état général des chiens doit être bon. Si une chienne qui vient de faire une portée a souvent quelques séquelles sur sa nature de poil et son allure générale, les autres chiens a minima doivent donner l’impression d’être bien entretenus, ne pas porter de plaies de léchages anciennes, de parasites, et être bien nourris.

Des parents mal sociabilisés donneront difficilement des chiots enclins à l’être. L’éleveur n’en fera pas plus pour ses chiots que pour leurs parents avant eux. Par sociabilisé, on entend un chien qui n’a pas peur de vous et qui vient au contact naturellement (même si certains ont le droit d’être plus réticents). Si donc les chiens sont dans des enclos individuels et y passent tout leur temps…bof !

Vous pouvez vérifier en amont également si la femelle ne reproduit pas tous les 6 mois. Il y a 5 mois d’historique visible sur chien-online.

La lignée et les tests

Vous devrez vérifier si les géniteurs sont testés pour les tares génétiques connues de la race : dysplasie, tares oculaires.

Les tests apparaissent normalement sur le site du Corgi Club de France, si ce n’est pas le cas, demandez à voir les documents ou faites-les vous envoyer avant votre visite.

Renseignez-vous sur les cotations des chiens (grille de sélection sur le Corgis club de France) pour comprendre si vous avez affaire à de vrais passionnés de la race qui montrent leurs chiens en expositions ou en concours (agility, obéissance, etc.).

Les informations sur les tests ADN, les identifications génétiques, les victoires en concours etc. apparaissent sur le pédigrée de l’animal sous son nom. [4] Un pédigrée provisoire peut être obtenu dès la déclaration de la saillie, il peut parfois se produire un peu de temps entre la naissance et l’émission du pédigrée du chiot.

Les chiots

Les chiots disposent de leur propre endroit, propre, à température raisonnable. Ils ont l’air en bonne santé. Ne soyez pas surpris qu’ils dorment beaucoup, voire tombent de fatigue après avoir joué quelques dizaines de minutes. C’est normal, un chiot dort énormément.

Ils ont été vaccinés à 8 semaines, vont être ou ont été pucés et sont inscrits au LOF. L’éleveur doit pouvoir vous présenter son certificat de naissance[3], son certificat d’identification (puce ou tatouage) et son carnet de santé (Certificat vétérinaire à fournir par les éleveurs particuliers et professionnels – Loi n° 2008-582, article L214-8 du code rural). Il peut aussi vous présenter le pédigrée des parents.

L’éleveur va vous guider vers le chiot qui correspond à vos attentes en termes de caractère d’abord, et morphologique. Cependant il n’y  pas de règle absolue entre la taille d’un chiot avant ses trois mois et sa taille adulte, la croissance dépendant d’un très grand nombre de facteurs. A ce moment, si vous n’avez pas craqué, ne vous forcez pas. Un chiot vous engage pour les quinze années à venir, et le courant doit absolument passer avec lui.

Conclusion

Si vous appréciez l’éleveur, et que le courant est passé avec un chiot, vous pouvez vous dire que vous avez trouvé votre compagnon pour de nombreuses années et préparer correctement son arrivée dans votre foyer.

Si, ne nous mentons pas, un chien de race a un prix, ce prix est la résultante du travail acharné de passionnés pour maintenir une race au top de ses individus, et de nombreux soins, d’angoisses, et d’amour. Relativisé à tout ça, ce n’est vraiment pas si cher payé, et il vaut mieux prendre un soin particulier au choix de son animal et à sa provenance que de regarder uniquement un chiffre.

Avec la contribution de Gazette Welsh Corgi.

[1] Voir la fiche sur l’inscription au LOF : http://www.chiens-online.com/presentation-lof.html

[2] Vous trouverez le calendrier sur cedia.fr. Vous pouvez sélectionner votre région et vérifier que des corgis seront présents ou non environ une semaine avant la date de l’expo. Vous aurez l’occasion de poser toutes sortes de questions, de voir comment les chiens se comportent en extérieur dans un milieu inhabituel (si les chiens que vous rencontrez sont à l’aise, c’est un gage de socialisation) et de vous « faire l’œil » c’est à dire commencer à voir ce qu’est un beau corgi (ou non).

[3] Ce certificat est provisoire et sera transformé en pédigrée après la « confirmation » après les 12 mois du chien.

[4] Vous pouvez apprendre à lire les nouveaux documents généalogiques à cette adresse : http://www.scc.asso.fr/Nouveaux-documents-genealogiques,481