Adopter un corgi – Que prévoir ?

Adopter un chiot est une grosse responsabilité. De nombreuses choses sont à prévoir avant son arrivée à la maison, et pour gérer au mieux les premiers temps avec lui.

Adopter un corgi : que prévoir ?

 

I. S’équiper :
La liste de courses

Je vais donc commencer cet article par une liste à la Prévert des choses à prévoir indispensables, dispensables, et le contenu de la trousse de secours.

Le nécessaire

  • Un collier ou un harnais adapté à sa taille et sa morphologie[1],
  • Une médaille[2],
  • Une laisse,
  • Une longe,
  • Un couchage adapté (panier, matelas en mousse…),
  • Des alèses pour bébés pour le couchage,
  • Des gamelles à sa hauteur,
  • Des croquettes de la même marque et le même modèle que celles qu’il mangeait à l’élevage, pour continuer à le nourrir avec ou éventuellement effectuer une transition douce sans lui martyriser les intestins,
  • Des friandises et récompenses adaptées à son âge et à sa taille,
  • Une pochette à friandises pour les transporter aisément,
  • Des couvertures qui peuvent « souffrir »,
  • Des pads d’éducation (ou des alèses pour incontinence),
  • Des sacs à crottes (et le distributeur qui va avec),
  • Un doudou (à si possible amener à l’élevage pour qu’il garde l’odeur de sa portée),
  • Des jouets adaptés à son âge,
  • Des jouets faits pour être rongés (le bois de cerf est un must mais certains fabricants ont des gammes dédiées aux chiots),
  • Des bloque-prises et de la gaine pour protéger les câbles électriques,
  • Une brosse douce pour l’y habituer petit,
  • Un peigne à deux écartements,
  • Un coupe-griffe et/ou une lime électrique,
  • Une brosse à dents et du dentifrice adapté pour l’habituer également,
  • Des lingettes pour animaux pour ses yeux et ses oreilles,
  • Une trousse de secours (je ferai un article complet à ce sujet),
  • Des serviettes microfibres pour le sécher rapidement s’il sort sous la pluie,
  • Une gamelle pliable (ou une gourde avec gamelle) pour les sorties,
  • L’adresse d’un ou plusieurs vétérinaires (si votre vétérinaire habituel n’est pas tout près, il peut être intéressant d’avoir le numéro et l’adresse du plus proche de chez vous en cas d’urgence.),
  • Les numéros des services d’urgences vétérinaires de votre région et du centre antipoison vétérinaire,
  • Un dossier spécial pour ranger les papiers du chiot, particulièrement les infos concernant sa puce qu’il faut pouvoir retrouver facilement,
  • Des contacts pour une école du chiot, et un éducateur,
  • Des contacts pour un toiletteur (idéalement, comme pour le vétérinaire, une visite de courtoisie permet à l’animal de s’habituer au lieu avant qu’il ne devienne potentiellement traumatisant).

Le superflu (mais pas tant que ça)

Après cette liste que j’espère complète, les choses que je ne pense pas indispensables, mais qui peuvent être intéressantes à prévoir :

  • un sac de transport (un chiot se fatigue très vite et peut prendre rapidement froid),
  • une caisse de transport et/ou un parc à chiots (certains chiens aiment y dormir et s’y sentent en sécurité),
  • une laisse « ceinture de sécurité » pour la voiture,
  • un brumisateur si vous accueillez le chiot en été,
  • des sacs alimentaires avec zip pour pouvoir se déplacer avec des croquettes sans qu’elles ne s’oxydent, ou une boite hermétique,
  • un container à croquettes pour éviter le stockage à l’air libre,
  • un tapis antidérapant pour les gamelles,
  • des lingettes sol désinfectantes pour les accidents dans la maison,
  • du vinaigre blanc qui va permettre d’éviter que le chien fasse là où il a déjà fait en masquant son odeur.

En ce qui concerne la trousse de secours, je donne une liste de produits, mais prenez impérativement l’avis du vétérinaire avant de les utiliser ! La diarrhée et les vomissements chez le chiot peuvent être révélateurs de maladies très graves et il faut dans ces cas-là emmener systématiquement son chiot chez le vétérinaire, quitte à passer pour un(e) paranoïaque un peu trop gaga.

  • Produit pour nettoyer les oreilles,
  • dacryosérum,
  • pince à tique
  • vétédine,
  • désinfectant doux (biaseptine)
  • pipette,
  • smecta enfant,
  • phosphaluvet,
  • compresses stériles,
  • bandes,
  • strapping,
  • sparadrap,
  • lance-pilule.

 

Adopter un corgi : que prévoir ?

 

II. Les choses à faire

To-Do List juste avant l’arrivée

  • laisser un doudou avec votre odeur à l’élevage lors de la première visite pour qu’il s’imprègne de l’odeur de ses frères et sœur également,
  • prendre un rendez-vous sans intervention particulière chez le vétérinaire pour lui présenter et prendre rdv pour les rappels de vaccinations,
  • mettre hors de portée les objets qui pourraient être sur des étagères basses (bibelots, livres),
  • mettre hors de portée également les produits dangereux (eau de javel derrière les wc, desktop …)
  • mettre hors de portée la nourriture,
  • protéger les câbles et les prises électriques,
  • installer des bloc-portes sur les placards accessibles où des choses potentiellement dangereuses sont rangées.
  • installer le dodo et y mettre ses jouets[3],
  • disposer les gamelles, avec l’eau uniquement,
  • si vous avez un chat :
    • mettre ses gamelles hors de portées pour que le chat ait son endroit pour manger là où le chiot ne peut pas aller,
    • sécuriser l’accès à la litière ou optez pour une litière avec un accès par le toit,
    • coupez, ou faites-lui couper les griffes par un toiletteur ou un vétérinaire.


Le trajet de retour

L’imprégnation, c’est-à-dire le moment où le chien va comprendre que vous êtes « ses humains » et sa nouvelle famille, se produit extrêmement rapidement après le départ de l’élevage. Si c’est possible, il faut donc voyager en restant avec le chiot (sans pour autant le tripoter continuellement et l’empêcher de dormir).

Les premiers pas à la maison

Si vous avez un autre animal, la rencontre doit se faire naturellement. Vous devez surveiller et laisser les choses se faire naturellement. Evitez donc par exemple de porter le chiot lors de la rencontre avec votre chat ou votre chien en leur imposant le face à face.

Vous devez ensuite lui montrer sa gamelle d’eau et l’endroit où il dormira, y disposer son doudou, puis le laisser explorer librement les pièces protégées au préalable. Disposez les pads d’éducation devant la porte pour l’habituer à associer ses besoins avec la porte, et donc le fait de sortir.

Les premiers temps

Avant toute chose, il est à noter qu’un chiot est en pleine croissance. Ainsi, une grande partie de son énergie est utilisée pour ça et un chiot dort énormément – entre 18 et 20h par jour ! Il faut savoir respecter son sommeil et ne pas le maintenir éveillé lorsqu’il est fatigué.

« Doit-on sortir son chien avant le rappel de vaccination ? » est souvent la première question que l’on se pose. L’immunité chez le chiot est un sujet encore controversé. Les 12 premières heures de sa vie, le chien tète le lait maternel et absorbe les anticorps de la mère. A l’issue de cette période, la paroi stomacale se densifie et ces anticorps ne passent plus dans le sang. L’immunité commence à diminuer à ce moment-là. Sans vaccination, elle atteint son minima aux alentours de la 6ème semaine. Or les vétérinaires vaccinent les chiots à 8 semaines. Nous sommes donc en droit de penser que le chiot sera donc, a priori, immunisé à compter de 10 semaines. L’immunité maternelle aura disparue, mais l’immunité vaccinale aura pris le relai[4]. A noter, un chiot orphelin peut être vacciné aussi tôt que 2 semaines !

Ainsi, les premiers temps doivent être consacrés pour le chiot à la découverte de son environnement :

D’abord, de courtes promenades en laisse à l’extérieur. S’il fait trop chaud ou trop froid, demandez à votre vétérinaire de vous conseiller un produit pour protéger les coussinets. En cas de pluie, séchez le au retour de ballade, particulièrement le ventre pour éviter qu’il soit malade. En cas de neige, rincez consciencieusement ses pattes à l’eau claire pour éviter qu’il y reste du sel qui va lui brûler les coussinets. Vous pouvez ensuite commencer la découverte des transports en commun, de la voiture, des endroits bruyants si vous êtes en ville, à l’abri dans vos bras ou son sac de transport : gares, rue commerçante, marchés… Faites également les visites de courtoisies chez le vétérinaire, le toiletteur, et tout autre endroit qu’il sera amené à fréquenter régulièrement.

En parallèle, habituez-le par petite dose à le manipuler pour les soins (sèche-cheveux tiède ou loin, brosse, coupe-griffes, lingettes, pipette d’eau pour simuler la prise de médicaments, friandises pour simuler les comprimés …).

Dès la seconde semaine, vous pourrez lui apprendre à rester seul, en le laissant tout seul d’abord quelques minutes, puis progressivement durant des périodes de quelques heures. Idéalement, si vous pouvez aussi le confier à un tiers quelques heures ou une demi-journée de temps en temps, cela l’habituera à ce que vous le fassiez garder en cas de besoin.

Cette période est aussi celle du début de la socialisation : faites venir vos amis (pas tous à la fois), votre famille, et emmenez-le à l’école du chiot ! N’hésitez pas, à moins de voir qu’un animal est vraiment brusque ou agressif, à le laisser jouer avec tous ses congénères, de toute taille !

Votre chien doit, pendant cette période, découvrir et s’habituer à un maximum de choses, de formes, d’odeurs, de bruits. Faites-lui rencontrer le plus de gens possible, approchez le de poussettes, de trottinettes, de motos, laissez le jouer avec des enfants – sous surveillance. Les enfants peuvent être bruyants, brusques et surtout ne pas se rendre compte qu’un petit chiot, surtout un corgi mignon, n’est pas une peluche.

Enfin, vous pouvez commencer doucement son éducation. A ce sujet nous ferons des articles plus complets, mais l’éducation canine est un métier, et je ne saurais que trop vous inviter à contacter un professionnel de votre choix, pratiquant les méthodes dites d’éducation positive pour vous renseigner sur les premières choses à lui apprendre parmi lesquelles le rappel, la marche en laisse, le refus d’appât, l’attente, etc.

Adopter un corgi : que prévoir ?

Conclusion

En conclusion, l’arrivée dans son foyer d’un chiot est un évènement merveilleux. Il convient cependant de s’y préparer correctement pour que tout se passe au mieux, que ce soit en termes de temps, de finances, ou d’attitude.

 



[1]
Si le choix se porte sur un harnais, il faudra veiller à ce que les épaules soient bien dégagées pour ne pas les abimer pendant la croissance. Si le choix se porte plutôt sur un collier il doit être assez large ou aux bords bien arrondis pour ne pas blesser le chiot s’il tire, et surtout ne pas être « étrangleur ».

[2] Elle doit porter le numéro de puce ou de tatouage, le fait qu’il est pucé, vos numéros de téléphones et vos noms. Il est souvent déconseillé notamment par la SPA d’y inscrire le nom de l’animal.

[3] Il y a quelques règles à respecter pour la disposition du couchage, vous trouverez une bonne synthèse ici : http://www.chiens-online.com/nos-fiches-les-regles-a-connaitre-pour-le-panier-du-chien-fiche-1482-page-3.html

[4] Voir à ce sujet la fiche de la société centrale canine  sur : http://www.chiens-online.com/nos-fiches-la-vaccination-en-elevage-fiche-2069-page-7.html